ANNECY 2013

ANNECY 2013

 

« Nous sommes allés à Annecy au festival du film d’animation »

du 10 au 15 juin, nous ne l’avons pas regretté.

 

Ce n’est pas un exploit il existe depuis 1960.

Pour le néophyte c’est une très belle aventure.

 

Annecy 2013, capitale mondiale du cinéma d’animation, c’est la grand- messe.

Ce sont 236 films, longs et courts métrages, et 45 pays représentés.

Plus de 100 000 personnes, en majorité des jeunes qui déferlent sur la ville et dans les hôtels et campings environnants.

 

Annecy c’est une super organisation avec sa bible officielle, sa bourse aux tickets que l’on échange entre festivaliers.

Ce sont des milliers de sacs à dos aux couleurs de l’arc- en -ciel qui égaient la ville du matin au soir très tard.

Annecy c’est une belle ville d’art et d’histoire ouverte sur le lac et cerclée de

montagnes verdoyantes, avec une vieille ville animée d’une effervescence toute

festivalière.

 

Annecy ce sont des projections, des expositions, comme celle de Bastien Dubois (notre lauréat en 2010, catégorie animation avec « Madagascar, carnet de voyage), des conférences, des rencontres aux p’tits dej du court où les réalisateurs décortiquent leur travail sous les questions croisées du public. (avec en prime café et croissants).

 

Annecy c’est le marché mondial du cinéma d’animation avec le MIFA, c’est la créativité et l’économique.

Et comme tout festival qui se respecte, ce sont des files d’attente à l’ambiance bon enfant, très ritualisée, drôle et respectueuse.

 

Annecy 2013 c’est aussi la série d’animation Kaeloo (primée en 2011) avec ses personnages qui interprètent leur dernier tube « Annecy bisness », l’hymne du festival qui passe au début de chaque séance et repris en cœur par la salle. Des bruits de poissons « baa, baas » s’élèvent alors que des escadrilles d’avions en papiers s’abattent sur les spectateurs.

Juste avant l’extinction des lumières c’est une voix anonyme qui s’élève « on va être dans le noir » à laquelle répondent les spectateurs en cœur, « ta gueule », rires, le silence total se fait, la séance commence.

Dominique